Blogs Lalibre.be
Lalibre.be | Créer un Blog | Avertir le modérateur

09/06/2007

Aah cette tempête (bis)…

Position à 12h00 samedi 9 juin : 39°15’00N par 23°37’00W

Distance parcouru sur 24h: 96 milles nautiques

Distance à parcourir : 162 milles nautiques

*************************************************

Communication très courte ce matin vers 11 heures, nos deux navigateurs ont eu une nuit ventée, passée partiellement à la barre du bateau, car l’électronique a rendu l’ame. Cela signifie plus de pilote automatique, plus d’info sur le vent, la vitesse, … pas génial quoi.

« Cette nuit on a eu 35-40 nœuds établis, avec des rafales à 45», informe Laurent : «vers minuit ça a baissé, et au petit matin nous avons renvoyé la grand’voile à 2 ris. On fait toujours route directe, il nous reste 150 milles Mais le problème est qu’avec l’électronique en panne il faut toujours quelqu’un à la barre. Heureusement ça sent l’écurie, mais il pleut, nous sommes trempés ».

Grâce au réseau international de Radio Holland, nous avons vite pu localiser Christopher de Sailing Stories, qui était déjà prévu de venir aux Açores en stand-by technique pour GENERAL TAPIOCA. Il sait donc déjà ce qui l’attend sur place.

Avec la tempête de cette nuit, le site de la course mentionne que ceux qui se trouvaient comme GENERAL TAPIOCA dans le Nord-ouest du centre de la dépression étaient de loin les mieux lotis, car les autres ont dû affronter un vent et une mer déchaîné. Un concurrent connaît de graves problèmes de safran, a perdu son gouvernail et son moteur est inutilisable. Pas mal de concurrents ont tout affalée cette nuit, et on passé la nuit à la cape, à sec de toile.

C’est ce qui explique sans doute les gros écarts entre les trois premiers de la classe 3 (EQUILIBRIUM, GENERAL TAPIOCA et RUFFIAN) et les poursuivants, qui sont maintenant à plus de 60 milles. Tant EQUILIBRIUM comme RUFFIAN sont des gros 38 pieds qui comme GENERAL TAPIOCA se trouvaient au bon endroit. Dans le gros temps les deux premiers ont pu continuer à faire route sous voilure réduite, mais à bonne vitesse. GENERAL TAPIOCA, plus léger de quelques tonnes que les deux autres, ne peut logiquement rivaliser avec ces gros bateaux dans le gros temps.

Ce qui n’enlève bien sûr rien de la performance exceptionnelle de Philippe et Laurent: avec un GENERAL TAPIOCA affûté ils ont encore toute l’étape de retour pour montrer le tableau arrière du bateau aux autres concurrents.

Allez hop !

Commentaires

Comme vous dites ... "Ca sent l'écurie" ... ménagez donc votre monture et les bonshommes barbus !
Bisous,
Mady et l'équipe.

Écrit par : Mady Fobert | 09/06/2007

Général Tapioca en a déjà vu d'autres. N'empêche qu'ici c'était costaud! Bonne route ( je n'ose plus dire bon vent!)A bientôt à l'arrivée! Courage! Claude.

Écrit par : Papy Claude | 09/06/2007

Les commentaires sont fermés.