Blogs Lalibre.be
Lalibre.be | Créer un Blog | Avertir le modérateur

29/05/2007

Jour J-4 : les chemins de la préparation

Mettons-y un peu de vie dans ce blog…

 

Tant bateau qu’équipage sont arrivés à Falmouth, dans le sud de l’Angleterre, port de départ de l’AZAB 2007.

 

Le bateau y est arrivé lundi passé, après que son équipage (de convoyage) ait dû attendre quand-même l’espace d’une journée une bonne fenêtre météo dans le port de Boulogne. Voyage mouvementé à cause du vent fort, GENERAL TAPIOCA a bien résisté à l’assaut des vagues.

Philippe et Laurent quant à eux sont partis ce lundi matin, très tôt, en camionnette bourrée de matériel à encore installer, des voiles, des vivres, des bonnes cartes, …

Cette semaine sera placée sous le signe des dernières installations (l’EPIRB entre autres), des derniers réglages, des contrôles de sécurité (les Anglais s’y prennent sérieusement !), des toutes dernières mises-au-point. En tout cas, la liste ‘à faire’ est encore longue… Le sightseeing à Falmouth … ce sera pour une autre fois.

Mais il faut le dire, cette liste était beaucoup plus longue voici quelques mois… Point de souci principal sur cette liste : le mât. Le skipper ne voulant pas partir sans ce mât carbone (eh oui le fin espar en alu casserait trop vite) il est allé le chercher chez son fabricant au Danemark, pour le finir et le préparer sous le bon vieux hangar du BRYC, avec vue imprenable sur le canal et son industrie. Moins cher certes, mais le temps de finition ‘maison’ était quand-même plus long que prévu… Puis il fallait aussi commander des nouvelles voiles (dont un beau ‘Code 0’ pour les connaisseurs) coupées spécialement pour ce nouveau mât, faire des tests sous voiles, tester le mât, ...

La navigation en équipage réduit implique également l’installation d’un appareil dit ‘le pilote automatique’. Il existe des versions de base, tout comme des versions ‘régate’. Devinez quel type est embarqué sur le GENERAL TAPIOCA ? Un modèle de course bien sûr qui équipe presque toute la flotte des ‘Figaro Bénéteau, une classe de voiliers utilisée principalement en France pour des régates en solitaire ou équipage réduit. Leur ‘NKE’ Philippe et Laurent ont eu occasion de le tester l’année passée au mois d’août lors de leur parcours de qualification.

Côté communications les organisateurs de l’AZAB imposent des règles strictes, comme la présence d’une balise ‘Epirb’ (Emergency Position Indicating Radio Beacon) ainsi que la communication par satellite qui devrait permettre à tous les équipages de transmettre une voire deux fois par jour leurs positions (c’est plus intéressant pour le suivi de la course via le site internet). Investissement non-négligeable pour les équipages amateurs, il sera amorti dans le cas de GENERAL TAPIOCA grâce à un partenariat avec la société Radio Holland Yachting d’Anvers, qui prête généreusement la balise Epirb ainsi qu’un téléphone par satellite Iridium à notre équipage.

Qui dit régates en équipage réduit doit bien sûr mentionner les cours et stages inhérents à ce genre de pratique de la voile de compétition. Un stage de survie étant obligatoire pour l’équipage, c’est à Lorient que l’équipage de GENERAL TAPIOCA a été initié à la survie en mer. Autre cours (et examen passé avec mention très honorable) que nos compères ont dû suivre: celui du SMDSM (Système Mondial de Détresse et Sécurité en Mer), présence à bord d’un Epirb oblige…

N’oublions pas non plus les mille-et-un autres petits détails comme p.ex. la nourriture à embarquer (lyophilisé + produits frais), protections personnelles contre le soleil (offertes par Care Plus), électronique de pointe (avec l’aide de Sailing Stories), la conformité avec le règlement de course, les documents à retourner dûment remplis à l’organisateur, cette lettre de jauge IRC à améliorer, ...

Et le plus difficile de tout ça : gérer le tout avec non seulement une vie professionnelle très chargée, mais également une vie familiale très importante pour les deux hommes.

Les commentaires sont fermés.